In Memoriam
Accueil    L'AMOPA    Ils nous ont quittés    Élie Phéron

ILS NOUS ONT QUITTÉS

ÉLIE PHÉRON
Ancien Président de l'AMOPA Guadeloupe.
Professeur principal de collège à la retraite,
décédé en juin 2017

Dernière mise à jour le 07 juillet 2017

Obsèques de M. Élie Phéron - 20 juin 2017 - GOSIER

Il n'a jamais été facile pour quiconque, de trouver les mots justes pour une oraison funèbre. J'ai donc accepté de vivre cette épreuve, car je sais pouvoir encore compter sur celui qui a toujours été mon guide, mon modèle, mon formateur. Je parle bien entendu de Monsieur PHERON. Les choses sont simples s'il s'agit de narrer sa vie :

Né en février 1925, il fut un bon élève qui ne voulait, pour rien au monde décevoir ses parents agriculteurs. Il décrocha son CEP, son Brevet élémentaire, puis le Brevet supérieur pour devenir Instituteur à l'âge de 18 ans.
Nommé Directeur d'Ecole Primaire à 24 ans, il ne tarda pas à reprendre l'enseignement, son sacerdoce, mais comme Professeur de Collège 3 ans après.
Ayant intégré l'Administration en 1975, remarqué par sa hiérarchie et apprécié de ses enseignants, il fait valoir ses droits à la retraite au Collège du Gosier qu'il a dirigé et codirigé jusqu'en 1987...

Je ferai l'impasse sur ses nombreux engagements dans la vie associative du pays, en insistant sur quelques aspects qui aideront à mieux connaître le grand homme que fut M. Elie PHERON :

De 1952 à 1968 il s'investit dans la vie du Club Sportif Capesterrien. Tour à tour Secrétaire, Vice-Président et joueur-entraineur.
Passionné de Football, il militera à la Ligue, tout en apportant sa contribution à la Ligue d'Athlétisme.
Plusieurs d'entre nous l'ont croisé au fil des ans à la Ligue de l'Enseignement, à la F.O.L.G, à la M.G.E.N, au Club des Retraités, au Comité du Souvenir du Gouverneur Général Félix Eboué et au Parc National de la Guadeloupe, comme membre du bureau ou du Conseil d'Administration.

Mais, c'est son parcours, ses combats et ses victoires à la section guadeloupéenne de l'AMOPA qui vont réellement nous le faire découvrir.
C'est en effet en 1996 que nos chemins, qui s'étaient déjà croisés en 1968, vont se chevaucher. C'est pendant l'organisation du 1er Congrès des Palmes Académiques en Guadeloupe en 1996, que M. PHERON fit appel à moi, néophyte sans nulle distinction honorifique. Cette manifestation connut un vif succès.
La même année, la hiérarchie voulut qu'il fût promu Commandeur, et moi Chevalier.

Depuis, nous n'avons cessé d'échanger et de travailler ensemble, et ceci jusqu'en 2016 lorsque notre groupe a pris la décision de ne plus le solliciter, sachant que le patriarche voulait suivre de près l'expansion de son admirable petite tribu...
Les années passées à ses côtés m'autorisent à vous présenter un homme exceptionnel. Rien de surprenant me diront certains. En me confiant une mission à ses côtés en 1996, il m'avait exprimé non seulement son affection, mais il avait aussi commencé à me montrer comment façonner une armure contre les désagréments de la vie et les mauvais coups du sort.

Comme tant d'autres qui l'ont côtoyé, j'ai observé chez lui cette facilité à se donner, à partager, à aimer.
Sa mission semblait très simple : aider et faire le bien.
Tout ce qu'il entreprenait bénéficiait d'un investissement total, sans faille, et en toute loyauté, dès l'instant où il avait donné son adhésion à une cause.
Sa fidélité était à toute épreuve, indéfectible et totale jusqu'au franchissement de la ligne rouge, qu'il avait lui-même tracée... Ses profondes déceptions et douleurs s'estompaient toutes seules car il maîtrisait l'art de se replier sur lui-même, sans rancœur, sans peine et sans haine...

Les rares épreuves difficiles que nous avons vécues ensemble nous ont fortifiés. tandis que les nombreux instants de bonheur partagés nous ont réunis et soudés...
Et c'est l'essentiel du message que nous retenons dans notre section guadeloupéenne de l'AMOPA dont il fut un magnifique Président.
Cet amoureux des belles lettres, des pensées nobles et des proverbes, avec sa stature de guide et son habit d'honnête homme, a su tout transcender pour garder sa grandeur naturelle avec une exceptionnelle humilité.

Après avoir « couvé » sa petite famille et pris du plaisir à la regarder se développer, à plusieurs égards il fut mon maître, un exemple et un modèle dont toute l'AMOPA, nationale et locale, a gardé et gardera un merveilleux souvenir.

Vas et repose en Paix, Président !
Ton « dauphin » : G. CHRISTON


RECHERCHE
PAR MOT CLÉ






DERNIÈRES
MISES À JOUR


 Contact   
Contacts
    Secrétariat
    Responsable site
    Webmestre

Taille
du texte







  Mentions légales   Plan du site   Liens      Internet Explorer    FireFox, Chrome & Safari

  ©  AMOPA tous droits réservés, textes et photos
Site optimisé pour une résolution graphique de 1024 x 768 et +
Testé avec Internet Explorer 7 et +, Firefox, Chrome & Safari (dysfonctionnements avec Opera).


 Retour en haut de page   Haut de page