Accueil    Publications    Articles divers    Les confessions de Michka (Thérèse ZRIHEN-DVIR)

ARTICLES DIVERS

LES CONFESSIONS DE MICHKA
par Thérèse ZRIHEN-DVIR

Dernière mise à jour le mardi 16 octobre 2018

Thérèse ZRIHEN-DVIR
« Les confessions de Michka »
Éditions Tatamis
ISBN : 978-2-917617-84-7





Née en 1947 à Marrakech, petite-fille du président de la communauté juive de Marrakech, rabbi Moché Zrihen, rabbin-juge, l'auteur quitte le Maroc après la guerre des Six Jours, s'installe en Israël avec sa famille, vit une expérience professionnelle au Canada de 1981 à 1985.

Ses livres évoquent le mode de vie de la communauté juive au Maroc, ses luttes pour la survie, son isolement et son riche legs de traditions.

La vie est déjà bien difficile dans le Ghetto de Bialystok : misère, famine, vexations. Mais le pire arrive ce « vendredi rouge » sans signe avant-coureur.

« Les soldats allemands rassemblèrent les habitants du quartier juif et salve après salve, entreprirent avec conscience leur besogne d'extermination... Ils entassèrent ensuite tous les juifs qui leur tombaient sous la main dans la plus grande synagogue de Bialystok. Ses différentes issues condamnées à l'aide de planches de bois dûment clouées, toute tentative de fuite même la plus désespérée, était vouée à l'échec. Puis ils allumèrent un incendie qui embrasa l'édifice entier. Il n'y eut aucun survivant.

Michka a dix ans.

Survivre ! Sortir du ghetto pour approvisionner la famille dont il a la charge depuis la mort du père. Jusqu'au jour où, surpris par un kapo juif, roué de coups et volé, il est laissé pour mort.

Il doit s'enfuir dans la campagne dévastée. Il rencontre quelques personnes compatissantes, elles-mêmes éprouvées par la guerre, mais le plus souvent on le chasse à coup de bâton, on le dénonce !

Il s'enfonce dans la forêt où il connaît le froid, la faim, la douleur, jusqu'à cette rencontre d'une horde de loups. « Quelques-uns me jetèrent un regard triste, sans manifester d'hostilité particulière. Je sentis mon corps se figer et mon cœur battre à tout rompre dans l'attente d'une attaque soudaine, qui ne vint jamais. » Il résiste à trois ans et demi de cette vie sauvage...

Un court passage chez les « partisans » lui montre que ce monde-là est aussi fourbe et cruel. Nouvelle fuite !

Eté 44. La région est reprise par les Russes. Michka est soupçonné d'espionnage au profit des Allemands ! Mais protégé par l'officier du camp, il reprend espoir de revenir à Bialystok.

Cette expérience de vie sauvage et de protection d'une meute de loup est reprise par l'auteur dans son ouvrage Hans et le petit chaperon rouge, recensé dans la Revue N°219.




RECHERCHE
PAR MOT CLÉ






DERNIÈRES
MISES À JOUR


 Contact   
Contacts
    Secrétariat
    Responsable site
    Webmestre

Taille
du texte







  Mentions légales   Plan du site   Liens      Internet Explorer    FireFox, Chrome & Safari

  ©  AMOPA tous droits réservés, textes et photos
Site optimisé pour une résolution graphique de 1024 x 768 et +
Testé avec Internet Explorer 7 et +, Firefox, Chrome & Safari (dysfonctionnements avec Opera).


 Retour en haut de page   Haut de page